Ambassade de France au MALI

Docteur MARQUIS MICHEL
Conseiller Régional de Coopération
Sante et développement social
Courriel : michel.marquis@diplomatie.gouv.fr

SITUATION SANITAIRE DU MALI


Le mardi 3 avril 2012 10:50

L'administration sanitaire a subi de gros dégâts tant au niveau central (ministère et cellule de planification sanitaires saccagés et pillés) qu'au niveau régional voire départemental dans les villes du nord occupées depuis deux jours (saccage et pillage des directions régionales, ..)

La situation des structures de soins des régions Nord n'est pas connue avec précision à ce jour mais il semble que beaucoup aient été touchées et leur personnel en partie en désertion ce qui peut engendrer rapidement une aggravation de la situation sanitaire des populations des régions du nord et des possibles épidémies (rougeole…) voire des augmentations des décès maternel ou des malnutritions sévères.


Face à cela les secrétariat général et services du ministère se réorganisent.
Par ailleurs une réunion (29/03/2012) des partenaires techniques et financiers a permis de faire le bilan des financements qui son arrêtés notamment l'aide budgétaire sectorielle (canada, hollande…) et de ceux qui vont se poursuivre. Un bilan exhaustif permettra de montrer les activités qui doivent perdurer ( PEV, aide à la nutrition , aide à la prévention du Sida …) et celles qui doivent trouver d'autres modalités de mise en œuvre pour ne pas passer par les structures de l'état et du trésor public en particulier . Cela permettra de redéployer éventuellement des financements sur de activités prioritaires en passant par le milieu ONG et associations.

La réunion du 30 mars 2012 avec les agences des nations unies financées par le FSP "Muskoka " (UNICEF, OMS, UNFPA, ONUFEMMES) a montré qu'il est possible de déployer toutes les activités en lien avec les services des populations et qu'il serait judicieux d'attendre pour les activités non urgentes (enquêtes etc… )

La réunion du 2 avril 2012 du CLUSTER SANTE activé sous la coordination de l'OMS et en présence du directeur national de la santé a montré la nécessité de passer à une gestion coordonnée de l'urgence sanitaire au moins pour les régions nord ; il faut envisager des actions type corridor humanitaire, gestion de structures de soins et programme en direct par des ONG ou associations internationale ou nationale, avec une négociation sous l'égide de OCHA avec les "autorités" du nord.. A noter que le cluster nutrition et que le cluster humanitaire sont activés aussi.
Les partenaires bilatéraux (Hollande, Canada et USAID) se sont déclarés en capacité éventuelle de redéployer des moyens mais sur des projets précis et ne lien avec les services du ministère de la santé. Le coordonnateur du cluster va dresser une cartographie "qui fait quoi et où " et une nouvelle réunion devrait avoir lieu le jeudi 5 avril.

Un point auprès des ONG et operateurs santé français sera fait afin de connaitre leur situation globale leur capacité actuelle, les activités qui continuent et où, celles qui sont interrompues, leurs perspectives et capacités d'absorption de nouvelles activités et financements

Commentaire : il faut attendre quelques jours avant d'avoir la situation des structures du nord et avoir les capacités de réactions tant financières qu'en termes d'activités. Il est essentiel de maintenir l'autorité des services du ministère afin de ne pas désorganiser structures et programmes qui fonctionnent au moins dans la partie sud du pays


Dr MICHEL MARQUIS